A la une

J’entends des choses autour de moi qui m’attristent et m’écoeurent. (par Bruno Faure)

J’entends parler des migrants comme s’ils n’étaient pas des gens, des personnes, mais des embarras, des menaces. Ayant voyagé dans nombre de pays du monde, je peux témoigner que la France a partout une image de philanthropie et d’universalisme, qui contribue par exemple à faire venir les chinois chez nous (et nous maintenir au premier rang touristique). Cette image est en train d’en prendre un sacré coup…


J’entends dire qu’on en a assez de supporter la misère du monde, et qu’ils n’ont qu’à aller ailleurs (où ??). Je ne souhaite pas à ceux qui tiennent ce discours d’avoir un jour autant besoin de la solidarité de leurs semblables ; si cela leur arrive (personne n’est à l’abri des « soubresauts de l’Histoire ») ils comprendront l’infamie de cette « opinion ».

J’entends dire que c’est chez eux que doit se régler le problème (ce qui n’est pas faux), et que si on allait leur coller une bonne rouste ça leur servirait de leçon. Sauf que le problème vient en grande partie de ce qu’on a voulu aller leur coller la rouste : en 1991 (Bush père) puis en 2001 (Bush fils), en faisant disparaitre des régimes certes autoritaires, mais laïques, et qui permettaient à des communautés d’opinions différentes de cohabiter. Rappelons-nous que c’est dans les années 1970 que la CIA a armé et entrainé les islamistes en Afghanistan (qui était alors paisible : Kaboul était fréquentée par tous les hippies de la planète !) contre l’ « ogre » soviétique », ennemi abominable d’alors. Ben Laden était le produit pur de la CIA de cette époque. Ca a permis aux ayatollahs de s’installer en Iran, développant une tension chiistes-sunnites qui s’exporta dans tout le moyen-orient, menaçant les intérêts pétroliers de l’occident. D’où la première guerre du golfe, sur laquelle les opinions arabes, contrairement à celles de leurs dirigeants, ont logiquement porté un sentiment d’hostilité (quelle légitimité avaient les états-unis pour policer cette région ?). Tout cela sur fond d’impunité d’Israël dans sa colonisation de la Cisjordanie et des sordides conditions des camps palestiniens, révoltant les opinions arabes. Après les attentats du 11 septembre 2001, et sur la base de mensonges caractérisés, l’occident s’est installé en Irak, pour « détruire le monstre » qu’il avait lui-même construit. Il a surtout détruit un équilibre précaire, ouvrant la voie à des guerres de clans. Et lorsque le coût exorbitant de ce conflit a fait reculer progressivement l’occident, la furie islamique (car l’islam est moins là comme religion que comme dénominateur commun aux opposants à la présence occidentale) a fait son trou, entrainant avec elle des satellites au Maghreb et jusqu’en Afrique. Voilà où a conduit « la bonne rouste », illusion de penser qu’on peut régler militairement à long terme des problèmes politiques…

J’entends dire enfin qu’on n’est pas responsable de ça, que ça va encore développer le chômage chez nous, avec des gens qui ne veulent rien faire et qui créeront des problèmes sociaux. Ne nous y trompons pas : les principaux problèmes sociaux aujourd’hui sont entre un Nord riche qui veut préserver ses privilèges après les avoir construits sur 4 siècles de pillage puis de colonisation, et des populations du Sud qui ont de moins en moins à perdre car elles crèvent déjà (6 millions meurent de malnutrition chaque année !). La réalité, c’est que les réfugiés qui nous arrivent sont en très grande majorité des professeurs, des ingénieurs, des médecins… qui ont eu les moyens de payer des passeurs : l’Allemagne ne s’y est pas trompée en les accueillant. Ca ne veut pas dire qu’ils sont moins dans le besoin que les autres. Ca veut dire que la frontière mondiale entre riches et pauvres est encore en train de se creuser. Et au lieu d’aboyer en invoquant une bonne rouste irréaliste et stupide, on ferait mieux de regarder la réalité en face : c’est un monde solidaire qui nous permettra de vivre. Cette solidarité qui doit inclure les 10 familles les plus riches de la planète qui possèdent plus que le budget de certains Etats africains, les parachutes dorés, et le reste… Sans cela, on risque une guerre sociale, planétaire, totale, et les murs et les barbelés aux frontières n’empêcheront rien. Les privilèges finissent toujours, logiquement et naturellement, par tomber ; rappelons-nous qu’au début 1789 aucun aristocrate n’imaginait un monde sans les avantages liés à la naissance… Or, le fait d’être français n’est-il pas d’abord un hasard de naissance ?

Nous soutenir pour développer et embellir Alp’ternatives !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :