A la une

#GJ : Le discours d’Emmanuel Macron, de la start-up au close-up…

Par Leo Artaud
Les mains collées sur le bureau présidentiel et le regard hypnotique fixé sur le prompteur et l’illusion est parfaite. La voix douce et calme pour que les paupières se baissent (Attention au coma tout de même !) et l’édile « sans coterie » bat sa coulpe sur ses conneries qu’il n’a pas faites suffisamment rapidement et avec force. Enchaîné dans sa posture « vieux monde » on se demande, dés les premières minutes,  par quel subterfuge ce triste Houdini va s’échapper du bocal. Patrick Sebastien reviens ! a t-on envie de dire… Il est devenu nu(l), le roi. Ou bien il est sous Lexomil. Mais alors qu’on s’attendait à voir surgir en arrière plan Sacred Riana et de sa voix sépulcrale nous annoncer l’apparition de l’ectoplasme de la République sociale, bim ! bam ! boum ! tombe un billet de cent balles ! Petit sourire satisfait du petit magicien qui vient de réussir son effet, Macron imagine les « wouaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah » s’élevant des rond-points telle une clameur populaire ébahie et subjuguée.
Vous allez sûrement penser qu’à Alp’ternatives nous sommes adeptes de la zététique et même, peut-être, un chouilla mauvais public, mais les coups à la Majax ça ne nous impressionne pas. Le billet de cent balles n’est en fait qu’un montage grossier de la prime d’activité, dont l’augmentation était prévue, et bidouillé avec un peu de baisse de cotisations sociales. Bref… C’est ton propre billet qu’il te refile un peu en avance.
Pas de magie sans incantation ni baratin. Sur l’air de « j’ai demandé à la Lune » Le président nous la chante à l’envers en demandant au patronat de verser une prime de fin d’année défiscalisée s’il le veut bien, dans sa grande mansuétude et sa générosité toute acquise à la cause des travailleurs. Là Jupiter entend déjà les cris de joie aux comptoirs des grands soirs de match « Ô Patron ! Ô Patron! … Sers-nous un verre! ». Là encore, l’illusion est parfaite et la prime au dessert fera une très jolie cerise sur le gâteau de pain perdu, lanturlu ! Malgré tout, une cerise noyautée par la non hausse du smic et la non revalorisation des salaires. Mais bon… C’est de la prestidigitation,  pas la vraie vie vraie.
Oh oui j’entends déjà les remarques du genre « alp’ternatives, ce sont vraiment des peines à jouir etc etc ». Mais pas du tout. Nous acclamons des quatre mains la fin de la hausse de la CSG sur les retraites de moins de 2000 euros…  !  Et comme ni la prime de fin d’année, ni le billet de cent balles ne compterons dans le calcul de ces mêmes retraites… « Ce que tu ne paieras plus tu finiras par l’avoir quand même dans l’cul, lanturlu ! » me disait ma grand-ma les yeux rougis par trop d’oignons pelés sans rien d’autre à poêler.
Bernard Bilis, sors de ce corps trop petit pour la tâche à accomplir à t-on envie de dire lorsque le chef annonce le grand retour du marronnier identitaire. La ficelle est grosse. Chaque fois que le peuple remet en cause l’incurie des dirigeants c’est qu’il a un problème d’identité. Entends-tu, Gilet jaune, tu perds le sens de l’hexagone ! Chaque coup de tonfa, de flash-ball, de grenade et de lacrymogène ne sont là que pour te refranciser ! (et, au pire, ça te fera des souvenirs). L’ordre républicain versus le désordre social ou le contraire… A ce moment du morne spectacle, il y a comme un flottement cafouillant martelé par une série de « je veux. Je veux. Je veux. » et qui s’achève par un magnifique « j’ai entendu votre colère qui est aussi la mienne et c’est même pour ça que je me suis présenté ». Qu’est-ce qu’on peut être cons nous autres ! Que de mauvais français faisons-nous de n’avoir pas compris que Macron… C’est LE gilet jaune ! Arrêtez de chercher des représentants, des porte-paroles ! C’est lui !!!
Je ne sais pas vous mais moi j’y ai vraiment cru… Au retour de Garcimore ! https://www.youtube.com/watch?v=cyO3BDtGy7k. ..

Nous soutenir pour développer et embellir Alp’ternatives !

1 Comment on #GJ : Le discours d’Emmanuel Macron, de la start-up au close-up…

  1. Assemblées Populaires partout. Pas besoin de grands cris, de grandes déclarations. On se réunit et on discute calmement des affaires du quartier. Pas d’exclusive ni contre les partis, ni (encore moins) contre les syndicats. Mais pas de dépendance non plus. Et on forge le réseau. S’il faut un représentant bien sûr il y aura un représentant. Temporaire et révocable. Assemblées populaires partout, patience et fermeté.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :