A la une

Remise du Prix Alpes Ouvertes : Alpes, ouvre-toi !

80 personnes étaient présentes pour assister à la remise du prix « Alpes ouvertes » aux 7 de Briançon. Un an après, jour pour jour, où la manifestation anti-génération identitaire avait déclenché les arrestations puis le jugement des 7 de Briançon et où la frontière franco-italienne symbolisée par la PAF, est devenue plus célèbre que les pistes de ski…

Des membres de l’association des amis de Cornelius Koch, venus de suisse, Allemagne, Italie, France et ailleurs, sont présents. Michael Rössler et Claude Braun, membres de ce mouvement suisse, animent cette journée. Une minute de silence rappelle tous ces morts de trop, ici ou ailleurs, liés aux frontières virtuelles mais pourtant réelles. Plusieurs prises de paroles font suite devant manifestants et forces de polices.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’histoire du prix Alpes ouvertes

Le prix suisse des droits humains « Alpes ouvertes » est instauré par Cornelius Koch, l’abbé suisse des réfugié-es (1940-2001). Il l’a créé au début des années 2000 alors que les premiers gouvernements d’extrême droite arrivent au pouvoir, comme celui de Haider en Autriche. Il ne voulait pas que les Alpes deviennent brunes, mais qu’elles restent un lieu de passage et de refuge. L’un des endroits privilégiés de Cornelieus koch était la frontière entre Chiasso et Côme ou il avait ouvert un centre d’accueil. Aujourd’hui ce prix est décerné par le Cercle des Amis de Cornelius Koch, avec le soutien du C.E.R.D.I et du Forum Civique Européen, à des personnes et à des groupes engagés activement pour les droits des réfugiés, des migrants, des personnes socialement défavorisées et des minorités menacées en Europe. Le prix se monte à 12000CHF.

Les précédent-es lauréat-es : Don Renzo Beretta Ponte Chiasso 1997 ; le syndicat ACLI Côme 1998 ; Edition Drava, Klagenfurt et « Mujeres Progresistas, El Ejido Espagne 2000 ; en présence de Msg Jacques Gaillot, comité d’aide médicale en Transcarpatie, Ukraine 2012 ; en présence de Dick Marty et de Msg Jacques Gaillot, l’Association « Firdaus » de Lisa Bosia Mirra et le « Progretto Accoglienza Rebbio » de Don Giusto della Valle, Côme 2017.

Pour aller plus loin… De Claude Braun et Michael Rossler : un chrétien subversif-Cornelius Koch, l’abbé des réfugiés, Edition d’en bas, Lausanne, 2013

image1Dans le lignée de l’abbé Cornelius Koch, Michael Rössler reprend ses mots « la frontière est un chemin de croix pour les réfugiés et les migrants ». Les Alpes sont le dernier verrou de l’Europe forteresse. Il faut ouvrir les Alpes à l’accueil des humains… le sens du nom « Alpes ouvertes » prend sens ! Heureusement des personnes ne sont pas indifférentes à la souffrance des autres. C’est pour cela que ce prix honore les personnes qui agissent pour un monde plus humain et plus juste. Les 7 de Briançon ont été choisis en signe de reconnaissance et de remerciement pour leur engagement courageux dans le sauvetage de réfugiés en montagne et dans la dénonciation des actes racistes et xénophobes. Les suisses ont été très choqués et scandalisés par la manière dont ont été arrêtés, puis jugés, les 7 de Briançon. Cet acte a été vu comme un procès politique honteux. Claude Braun parle, lui, de monde à l’envers ! Les personnes qui sauvent des gens en mer et en montagne sont punies… ou des maires, comme l’Italien Dominico Lucano, qui salue cette journée, a été banni de son village par le gouvernement pour l’avoir fait revivre en ouvrant la porte aux migrants… tout cela car une minorité d’extrémistes font la loi. Il ne faut pas avoir peur de l’extrême droite au pouvoir car elle est déjà au pouvoir ! Mais grâce à ces réseaux de solidarité, qu’il faut continuer à créer, celle-ci perdra car les solidaires sont plus vivants et nombreux.

image2L’écrivaine et sociologue turque, Pinar Selek, se considère comme une militante luciole résistant à l’horreur pour créer de la poésie; comme une réfugiée ayant vécu et connu les difficultés en tant que personne exilée par le passé; comme une femme qui fait partie de toutes les femmes qui, pour aucune dans ce monde, n’ont contribué à tracer ne serait-ce qu’une seule frontière… Elle remercie donc les 7 de Briançon d’avoir transgressé les frontières et repoussé le fascisme.

Dick Marty, ancien procureur suisse et membre de l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, pour qui l’indifférence est le mal de notre époque, rappelle l’histoire d’Antigone: il y a plus de 2500 ans, elle a aussi transgressé la loi pour des valeurs humaines. Ce qui est juste, équitable, moral, humain, ne peut-être dicté par une loi unique. La justice est trop froide et formelle pour faire face aux valeurs humaines. Il salue les forces de police envers qui il est solidaire pour leur tâche difficile. Pour lui la véritable justice est celle d’Antigone, celle de la solidarité.

unnamed (16)Don Gusto de la Valle, prêtre Italien de Come et lauréat du prix, évoque le déplacement des frontières manipulées appliqué en Lybie et au Niger pour éviter l’arrivée des migrants en Europe. Il s’inquiète du devenir des 100 000 réfugiés qui sont expulsés des camps qui ferment en Italie. Que feront ces réfugiés dans l’illégalité de vivre sans papiers, utilisés pour le travail au noir et les prochaines campagnes politiques? Il demande que des lieux soient créés pour qu’ils vivent et qu’un permis humanitaire voit le jour…

Benoit Ducos, un des 7 de Briançon, prend alors la parole pour tous les solidaires des vallées alentour, car ce prix est décerné à tous. Au fur et à mesure du texte lu, il s’approche des forces de police pour leur faire face; sa voix prend de plus en plus d’émotion; son visage est de plus en plus déterminé. Les manifestants sont plus que touchés par ces paroles justes dénonçant quelque chose qui pourrait être un jeu en apparence…qui n’est qu’inhumanité. Retrouvez l’intégrale de ce texte ici.

De retour en bas, les personnes s’arrêtent au bord de la RN 94, sur un parking comme un autre, entre la Vachette et Briançon. Une cérémonie est organisée avec le texte d’un maraudeur racontant qu’une ombre venue en Europe, aspirant à une vie meilleure, a vu son chemin s’arrêter en France, par peur de la police. Cette ombre a fuit dans la forêt alors que ce n’était que le maraudeur. Elle a marché dans la poudreuse en chaussettes, pour mourir d’une hypothermie ici. Cette ombre s’appelait Tamimou Dherman et venait du Togo.

unnamed (18)

La matinée s’est achevée par un moment convivial et en musique à la salle du vieux colombier à Briançon. Les associations briançonnaises ont fait un état des lieux: 8000 passages au Refuge, le CESAÏ menacé de fermeture à Gap, les pressions policières sur les maraudeurs… Les suisses dénoncent une nouvelle fois un procès politique, celui des 7, et remettent plus de 600 messages de soutien aux Briançonnais.

Les Alpes s’entrouvrent…

Alice Prud’homme

Photos diaporama et prise de son, Etienne Trautmann

Nous soutenir pour développer et embellir Alp’ternatives !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :