A la une

[Géant Casino de Gap] Syndicats, élus, citoyens : fermes contre l’ouverture ! 

Après Angers, voilà Gap touchée à son tour par l’aberration économique qui consiste à ouvrir une grande surface sans salariés grâce aux caisses automatiques et aux recours à des sociétés de prestataires d’animation et de surveillance. 

Ce dimanche, les syndicats (CGT, FSU, Solidaires et FO 05), des citoyens et des élus de tous bords s’étaient donnés rendez-vous devant les portes de l’enseigne pour manifester contre cette ouverture jugée illégale par la CGT. Malgré les protestations du maire, Roger Didier, la direction du magasin a maintenu l’ouverture coûte que coûte… Et vu le peu de clients et le nombre de vigiles, sans compter la présence d’une huissière, il est probable que ce fut effectivement coûteux. 

Pour justifier cette opération, la direction laisse entendre des difficultés économiques qui l’oblige à dépenser plus pour rien. Le portefeuille du consommateur n’est pas plus garni que les autres jours et il est probable qu’il le soit de moins en moins s’il doit aider ses enfants qui seront remplacés par des robots et des machines et qui auront encore moins de travail qu’aujourd’hui. Face au non-sens et à la légèreté de l’argument, on est en droit de se poser la question de l’élargissement des caisses automatiques au delà des seuls dimanches après-midi. Les seuls véritables gagnants seront les actionnaires au vu de la montée des valeurs boursières qui s’opère à chaque mesure antisociale. 

Mais ce n’est pas la seule question qui s’est invitée au débat de cette journée : le choix d’une société où se réduit les temps du vivre-ensemble au profit d’une logique de surconsommation intégrée interroge également. Dans une période où les guerres de tous contre tous sont alimentées par des gouvernants qui règnent bien plus aisément dans la division, on peut aussi se demander si “faire société” n’est qu’une valeur marchande à tendance boursière ou bien aspirons-nous à laisser aux générations futures un monde vivable, tenable et, pourquoi pas, un rien agréable à s’y rencontrer et échanger autre part que derrière une caisse robotisée. N’avons-nous d’autres projets, d’autres sens pour exister, qu’être humainement reconnu qu’avec un ticket de caisse ou un bon d’achat? Est-ce que ranger nos cartes bancaires, nos porte-monnaies, un demi jour par semaine, est si terrible que ça et ferait de nous des sous-humains incapables de consommer en continu? 

Et comment peut-on se plaindre de la désertification des cœurs de ville, de la fermeture des commerces qui ne peuvent pas lutter contre cette logique de bas prix à bas coûts ?  Ce sont des questions qui ne sont pas dévolues aux élus, aux dirigeants, mais à nous tous. 

Retrouvez dans cette vidéo les interviews de Roger Didier (maire de Gap) Isabelle David (Conseillère municipale et membre d’Ambition pour Gap), Marie-José Allemand (Conseillère municipale et membre de Gap autrement) ainsi que les intervention de Joël Brochier pour Solidaires 05 et de Christian Schuller pour la CGT 05. 

Leo Artaud

Messages aux autorités: nous n’avons repéré aucun radicalisé ni reconnu Dupont de Ligonnès pendant ce reportage. 

Nous soutenir pour développer et embellir Alp’ternatives !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :