A la une

Retraites : Le pipeau maintenu

Au 44ème jour de mobilisation, le gouvernement tente une manœuvre d’évitement digne de l’Art de la guerre de Maitre Sun :

兵者詭道也。(Bīng zhě guǐdào yě.)

故能而示之不能用而示之不用近而示之遠遠而示之近。

« Toute campagne guerrière doit être réglée sur le semblant ; feignez le désordre, ne manquez jamais d’offrir un appât à l’ennemi pour le leurrer …»

Ayant fait agiter le chiffon rouge de « l’âge pivot » par un Berger dont une partie du troupeau se mutine, Emmanuel Macron (le chef de tout) a choisi le pipeau comme mode de gouvernance. Le fil de Marianne, de plus en plus ténu et fragile, se doit désormais de garder un semblant d’équilibre et injonction est faite aux syndicats de trouver des moyens, dont l’actuel régime n’a pas besoin, auquel cas la barre d’équilibre sera imposée par ordonnances. Autant dire « vous ne voulez pas de cette mesure… On n’en parle plus mais cette fois vous l’aurez sans même que ça passe par le vote des assemblées ».

Pendant ce temps là, on détourne le fond et les syndicats, ceux qui sont encore dignes de porter cette fonction, ont vu la manœuvre grossière avant même qu’elle ne soit engagée. N’est pas un grand guerrier qui veut et si le « chef de tout » est aussi mauvais, il faut espérer que nous ne soyons jamais en guerre contre un ennemi extérieur ! 

Revenons-en au fond : le système à point ne réforme pas le régime de répartition et de solidarité actuel mais le détruit au profit d’un système marchand. Il est à peine étonnant que la grande presse, majoritairement détenue par des banques-assurances, fasse ses gros titres « L’âge pivot retiré ». redisons-le franchement et sans détour : l’age d’équilibre, pivot, n’est pas le sujet. Le vrai sujet du mouvement social est que le gouvernement non seulement maintient son système mais rigidifie ses positions en laissant croire qu’il recule afin d’affaiblir et le mouvement et l’opinion majoritairement opposée à cet acte contre-révolutionnaire.

Nous sommes très loin d’une volonté de négociation et depuis la casse du code du travail, il n’y a aucun doute que la guerre sociale est déclarée par des gouvernances de caste, par une caste pour une caste.  La psychanalyste Françoise Dolto disait « on ne définit jamais aussi bien les choses que par ce qu’elles ne sont pas ». Rien n’est plus vrai que dans cette notion de « réformisme » qui ne consiste qu’à défaire la République sociale et il n’y a aucune chance que ses valeurs, ses fondements ne passent pas également à la trappe. Des citoyens précarisés, paupérisés, blessés, condamnés, emprisonnés, tués… Une direction de police en roue libre… Une politique de terreur est « poliment » mais savamment mise en place afin d’anéantir toute contestation et transformer le pays en un centre commercial dont nous serons des produits-clients et n’en doutons pas, avec une date de péremption à moyen terme.

La prochaine attaque sera de détruire le système actuel de Sécurité sociale mais on ne touchera pas encore le fond. Il restera l’Éducation Nationale et le tour de passe-passe sera définitivement ou pour longtemps joué. « Résister c’est créer, créer c’est résister » disait Stéphane Hessel et il va falloir au peuple beaucoup créer en se payant moins de mots sur des pancartes que d’actes sur des murs dressés entre lui et cette caste.

Créer une alternative au capitalisme pour l’abolir.

DSC_0259.JPGAbolition ! Voilà le maître-mot qui devra traverser les mobilisations à venir. Il ne s’agit pas d’opposer le blak-rock au black-bloc mais d’inventer les conditions pour sortir de l’impasse de la croissance comme fondement de nos organisations communes. En fixant à 14% du PIB le budget des retraites, le gouvernement ne cherche pas nécessairement à faire des économies… Il cherche à obliger les générations futures à plus de croissance et toujours plus de PIB pour que les plus pauvres, les plus fragiles puissent survivre. « Produire pour produire pour consommer pour consommer » est la devise de ces marchands de vide. Nul vivant ne peut survivre à terme X par cette logique ultra productiviste dans un monde aux ressources limitées. Les plus pauvres et les plus fragiles du futur proche sont encore dans l’illusion d’être protégés par leur faux statut de « classe moyenne ». En acceptant aujourd’hui la destruction de notre modèle social imparfait, améliorable mais incompatible avec le libéralisme, ces « catégories sociales » acceptent leur paupérisation à venir mais également la destruction massive d’un environnement vivable et durable pour tous. Des restes, il n’y en aura pas pour tout le monde et ils ne seront pas réservés aux plus « méritants » ou plus « travailleurs » mais aux plus possédants.

C’est en substance ce qu’on perçoit des mobilisations de ces 5 dernières années. Des Nuits debout aux Gilets jaunes en passant par les mobilisations syndicales, l’alerte mondiale écologique et la crise profonde du suffrage universel, vu de près ça peut être confus. Mais lorsqu’on prend le temps de lier avec un peu de recul ses différentes données, on retombe toujours sur la même verrue : le capitalisme.

Résister! Créer ! Inventer ! Passer de la confluence des colères à la convergence des buts. Sortir de l’entre-deux obscur sans permettre aux monstres d’y renaître. Voilà l’enjeu qui devrait habiter la belle détermination du mouvement social actuel.

Leo Artaud

Chroniqueur

Photo: Julien ROYER

 

Prochains rendez-vous :

Mardi 14 : Rendez-vous à 7 heures devant la maison des syndicats (Bourse du Travail)

RDV devant la Préfecture de GAP à 14h pour une belle manifestation,le programme vous sera communiqué à ce moment là,vin chaud en fin de manif.

Mercredi 15 : RDV 9h30 devant la Liseuse (Esplanade de la Paix) à Gap

Jeudi 16 : à 10h30 place des Aires à LARAGNE : manifestation tous en blanc pour la défense de la santé.RDV (co-voiturages prévus pour s’y rendre : 9h devant la piscine de GAP, 9h30 à l’aérodrome de TALLARD,9h30 également à Veynes devant le magasin Carrefour)

Ensuite RDV devant la Préfecture de Gap à 18h pour une retraite au lampions suivi d’une boisson chaude !

Nous soutenir pour développer et embellir Alp’ternatives !

1 Comment on Retraites : Le pipeau maintenu

  1. Beau texte de Leo Artaud, je garde ce nom en mémoire !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :