A la une

Enquête publique sur un projet de remontée mécanique dans les pentes du Vieux Chaillol : une mauvaise plaisanterie ?

COMMUNIQUE DE PRESSE  

Malgré le changement climatique, la crise économique et la pandémie, la mairie de Saint  Michel de Chaillol persiste dans son projet ubuesque de remontée mécanique sur les pentes du Vieux  Chaillol. Le projet en est au stade de l’enquête publique. Cette petite station de ski du Champsaur,  dans les Hautes-Alpes, veut poursuivre la bétonisation de la montagne pour espérer aller plus vite  que le réchauffement climatique !  

Un projet anachronique et destructeur  

La commune de Chaillol n’a pas peur de la contradiction : elle revendique un modèle de  développement doux, respectueux du milieu montagnard et de l’environnement… tout en élaborant  un projet de remontée mécanique « télépulsée » jusqu’au col de la Pisse, à 2400m d’altitude, sur la  limite du cœur du Parc national des Écrins ! Un projet basé sur le toujours plus et le toujours plus  haut, qui s’inscrit dans la poursuite d’un modèle économique dépassé.  

Haut-lieu de la randonnée en été comme en hiver, la montagne de Chaillol est une zone encore  préservée, au cœur d’un paysage alpin remarquable. Les promoteurs de ce projet envisagent sans  scrupule de détruire l’intérêt paysager et le caractère sauvage de ce site. A l’heure de la perte de  biodiversité et du changement climatique, ce projet de remontée mécanique énergivore va à  contresens de toutes les mesures environnementales préconisées par ailleurs !  

L’étude d’impact ne s’est penchée que sur les conséquences du chantier, elle ne dit rien de  l’impact du fonctionnement quotidien d’une telle infrastructure ! Aucune analyse des effets des 500  personnes à l’heure (capacité prévue) déboulant au restaurant d’altitude avant de fouler les alpages  à pied, en VTT ou en ski de randonnée… Aucune allusion au trafic routier engendré par ces 500  touristes à l’heure, aux projets immobiliers associés, aux effets de la surfréquentation du site sur la  faune et la flore…  

Du « 4 saisons », oui mais…  

Orientée plein sud et confrontée chaque année au manque de neige et au réchauffement  climatique (l’inéluctable recul du manteau neigeux), la station de Chaillol cherche une nouvelle voie.  Elle persiste à poursuivre la bétonisation à marche forcée de la montagne pour profiter autant que  possible de la pratique du ski, mais pas seulement : la mairie de Chaillol vante un projet « quatre  saisons » ayant des objectifs respectueux du milieu naturel… Avec rien de moins que 8 pylônes, une  gare intermédiaire et un restaurant d’altitude, c’est un mensonge ! Prendre de l’altitude en  télécabine pour manger un morceau et prendre quelques photos, ça n’est pas découvrir la montagne  ni les sports de pleine nature.  

Bien sûr, préserver des emplois locaux pour les « jeunes du pays » est nécessaire. Mais  l’attractivité du Champsaur passe-t-elle par l’implantation d’une énième remontée mécanique qui, 

entre autres, dénature le paysage, génère des nuisances sonores, menace la biodiversité ? Qui  viendrait voir des pylônes en lieu et place d’un alpage et de chant des oiseaux ? Rendre la montagne plus accessible par ce moyen mécanique, c’est plus de monde dans ce  secteur du cœur du Parc national des Écrins, avec un risque de pression accrue sur cet espace fragile  et emblématique, sans que l’étude d’impact n’étudie ce point. 

Nos contemporains ont soif de nature et de montagne ; les différents épisodes de  déconfinement l’ont montré. Mais investir dans une « économie durable », c’est privilégier les  activités douces de proximité qui doit être bénéfique à l’environnement. Nous ne pouvons que  déplorer les conséquences d’un tel projet sur la biodiversité et ses paysages. 

Au niveau économique et réglementaire 

Dépenser 10 millions d’euros et balafrer nos montagnes, pour combien d’emplois créés et  pour quel retour sur investissement ? Qu’en est-il de la rentabilité d’un tel projet ? Quelle  fréquentation, combien de forfaits pour équilibrer financièrement la structure ? Là encore, aucun  chiffre précis n’est avancé, si ce n’est les 35000€ déjà gaspillés pour la réalisation des études !  

Combien de randonneurs amoureux de la nature, qui font vivre l’économie locale aujourd’hui,  seront repoussés par cette infrastructure destructrice ? Il est grand temps d’inventer des  aménagements sobres et des activités douces, favorables à la santé des hommes et respectueux du  milieu montagnard.  

D’un point de vue réglementaire, on pourra s’étonner que l’avis d’enquête publique  mentionne l’intention de la commune de prendre un permis d’aménager dès la fin de l’enquête,  faisant fi de la procédure « Unité touristique nouvelle » (pour la remontée mécanique et le restaurant  associé) et de la nécessaire modification des documents d’urbanisme, le Schéma de cohérence  territorial du Gapençais en premier lieu, nécessaires réglementairement à la réalisation de ce projet.  Le dossier incomplet, ne comprend pas le résumé non technique de l’étude d’impact, ni l’avis de  l’Autorité environnementale, non plus que l’avis des communes voisines, le plan d’exposition au  risque, ni même l’arrêté municipal décidant du lancement de cette enquête.  

Nous souhaitons protéger nos alpages et les espaces sauvages. Nous ne voulons pas payer les  conséquences d’un tel projet. Nous souhaitons que les générations futures puissent avoir accès à une  montagne préservée.  

Nous invitons toutes les personnes se sentant concernées à se manifester auprès du  commissaire enquêteur. Vous pouvez participer à l’enquête publique jusqu’au 21 mai : 

« De nos jours, presque tous les prétendus progrès de l’homme, tels que la  construction de maisons, l’abatage des forêts et des grands arbres, déforment tout  simplement le paysage et le rendent de plus en plus insipide et domestiqué. » 

De la marche Henry David Thoreau 1862  

Nous soutenir pour développer et embellir Alp’ternatives !

3 Comments on Enquête publique sur un projet de remontée mécanique dans les pentes du Vieux Chaillol : une mauvaise plaisanterie ?

  1. C’est hallucinant comme projet on se demande comment le parc accepte ça ! J’ai envoyé un mail à la mairie… qui finira sûrement à la poubelle… même pas eu un accusé de réception ! Encore une fois on sent qu’on a aucun droit et que notre avis ne compte pas les choses sont déjà décidées…

  2. Projet aberrant qui detruira ce pour quoi les gens choisisent le Champsaur. Se retrancher derriere des discours politiques sur la preservations des emplois, la perennité des classes scolaires est une utopie, un enfumage. Il faut voir à qui ça rapportera en premier, localement.
    Vous parlez du SCOT (schema de coherence territoriale du Gapencais) pour la necessaire modification des documents d urbanisme, sachez que le President du SCOT est le premier adjoint de la mairie de Chaillol

  3. pascal masselot // mai 3, 2021 à 5:38 // Réponse

    Complètement débile comme projet! les amoureux de la montagne fuient comme la peste tout ce qui est béton et ferraille.Les importants qui nous dirigent n’aiment pas la montagne, juste ce qui brille.

1 Trackback / Pingback

  1. Alp’ternatives rencontre … Rémy Bernade (Moutain Wilderness) – Alp'ternatives

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :